La dépression touche environ 3 millions de Français. Elle entraîne souvent une réelle rupture vis-à-vis du fonctionnement habituel. Entre autres, les personnes concernées ont l’incapacité d’accomplir les tâches au quotidien. Sentiment d’abandon, tristesse permanente, solitude, pensées négatives, manque d’énergie… tant de souffrances témoignent de cette maladie psychologique. Comment en sortir ?

Les caractéristiques des comportements dépressifs

La dépression affecte la vie quotidienne. Dès fois, on a le cafard, mais cela ne dure qu’une courte durée et on l’oublie lors des moments agréables. Par contre, les symptômes rencontrés en cas de dépression sont davantage intenses. En effet, la personne se sent déprimer à tout moment, et souvent pendant un temps plus long. Et quand les symptômes s’installent, plus rien de faire rire le sujet. Afin de confirmer l’existence de la maladie, une observation durant deux semaines est de mise.

L’anxiété est un des signes très fréquents de l’état dépressif. Elle se définit comme une tension intérieure, et notamment par une sensation de danger imminent. Devenant une angoisse, elle peut rendre le sujet paralysé ou agité. Entre autres, ce dernier a peur d’affronter un contexte social. Et lorsque les symptômes dépressifs s’associent aux peurs, ils entraînent une oppression thoracique, des sueurs, des palpitations…

Quand est-ce qu’il faut suivre un réel traitement ?

En moyenne, une dépression non prise en charge dure 10 mois. Des recherches ont confirmé que la durée des symptômes conditionne grandement l’évolution de la maladie. Il faut également noter que la plupart des cas de suicide sont dus aux comportements dépressifs. C’est donc une pathologie à ne surtout pas négliger. Toutefois, seulement environ 39% des personnes atteintes consultent un spécialiste. Cependant, il a été prouvé d’après un sondage que les Français sont ceux qui consomment le plus de psychotropes. Et presque la moitié des personnes atteintes ne profitent pas du traitement adéquat. La principale cause de cette négligence est le manque d’informations de la part de certains médecins généralistes. Ces derniers préconisent souvent un traitement qui n’est pas adapté. On peut également pointer du doigt le nombre insuffisant de psychiatres. À cela peut s’ajoute de difficulté pour certains patients de reconnaître leur maladie.

Le choix de la psychothérapie selon le patient et l’intensité des symptômes

Il y a plusieurs formes de thérapie permettant de traiter la dépression. Certaines sont plus connues, tandis que d’autres le sont moins. Parmi les méthodes les plus utilisées, on peut citer l’inspiration psychanalytique et les thérapies comportementale et cognitive. Il y a également les thérapies familiales et de soutien ainsi que la relaxation ou la méditation. Selon l’intensité des symptômes, le psychologue pu le psychiatre préconise tel ou tel traitement. Toutefois, certains les spécialistes prescrivent des antidépresseurs avant de procéder à un travail sur soi. Néanmoins, le cas d’une dépression légère ne nécessite pas un antidépresseur. Par ailleurs, il n’est pas rare que le traitement antidépresseur soit associé à un anxiolytique. La prise de ce dernier ne doit pas, cependant dépasser plus de quelques semaines. En effet, son action peut diminuer et le risque de dépendance est fort probable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *