Le parkinson est une maladie dont on ne connait pas toujours la cause. Il n’est rare que certaines personnes l’attrape en étant exposées à des éléments toxiques tels que les pesticides. La question que se pose est donc la suivante : cette maladie touche-t-elle certaines personnes à risques en priorité ? Et que faire pour la prévenir ? De nombreuses recherches avaient permis d’avancer des pistes.

Ces conseils qui poussent les gens à des mauvaises habitudes

Bien que cela ne soit pas recommandé, il a été prouvé que le tabac permet de se protéger de cette maladie. En effet, des enquêtes ont démontré que le parkinson peut être évité grâce à la consommation de cigarettes. Concrètement, la nicotine contribue à libérer des dopamines, et compense par conséquent les carences dopaminergiques. Toutefois, ce rôle protecteur du tabac ne peut pas contrebalancer les différents inconvénients du tabagisme. Parmi ceux-ci, le cancer, le BPCO et les maladies cardiovasculaires sont les plus fréquents.

Les spécialistes estiment également que les boissons contenant des caféines diminuent considérablement le risque de contracter le parkinson. Café, thé ou boissons caféinées pourraient avoir un effet protecteur. Mais comme le tabagisme, la consommation régulière de caféines n’est pas bien pour la santé en général. Ses atouts préventifs ne pourraient pas contrebalancer ses méfaits sur la santé. Mais quels sont donc les moyens bénéfiques et sans risque ?

Les actions préventives efficaces se trouvent dans l’alimentation

Comme pour beaucoup de maladies, l’alimentation constitue un élément important pour prévenir celle de parkinson. Elle demande un régime riche en oméga 3 et faible en oméga 6. En effet, la présence du DHA dans l’oméga 3 donne à ce dernier la capacité de prévenir la maladie. Ce micronutriment se trouve dans des noix. Il faut donc favoriser les huiles de lin, de colza et de chanvre. Il est, en outre, essentiel de privilégier les fruits rouges comme le framboise, la fraise, le cassis… Ces fruits présentent une forte teneur en anthocyanes. Il s’agit d’antioxydants efficaces. Par ailleurs, noix, noisette, avocat, ail, pistache… des aliments qui aident à la prévention de la maladie. Ces derniers sont particulièrement riches en vitamine B6 et connus pour la synthèse de la dopamine.

On a, par ailleurs, les aliments riches en acide aminé, et notamment en tyrosine. Ils permettent d’optimiser la synthétisation de la dopamine. On les trouve dans les œufs, les graines de courge, les fromages, les pois chiches… Hormis cela, bien que le calcium soit indispensable, il convient de limiter sa consommation. En effet, un excès de calcium dans le cerveau sur son développement. Et enfin, privilégier les aliments riches en fibres pour éviter la constipation. Cette dernière est un facteur pouvant favoriser la maladie de parkinson.

NB : La pratique d’une activité physique est importante pour prévenir la maladie de parkinson. En effet, elle permet d’augmenter la sécrétion des neurotransmetteurs et notamment de dopamines. Ceux-ci sont liés à la détente et au plaisir. C’est également un bon moyen d’évacuer l’angoisse, les pensées négatives et le stress.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *